Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les tribulations d'une véritable miss catastrophe !

Les tribulations d'une véritable miss catastrophe !

Un peu (beaucoup) gaffeuse, Wonder woman à ses heures, suivez les aventures bien réelles de Pinkjuly, une trentenaire à qui la vie réserve toujours de nouvelles surprises.

Publié le par Pinkjuly

Cortisol est mon adjoint je l'ai surnommé ainsi car il est toujours très très stressé (parfois à dessein compte tenu des bourdes que j'enchaine). Mon chef m'a ramené un petit cadeau de ses dernières vacances au Canada, une jolie balle de baseball, une vraie bien dure ! Elle trône donc sur mon bureau et Cortisol et moi avons pris la fâcheuse habitude de nous la lancer sans prévenir en criant "réflexes " !!! Oui je sais avec mon adresse habituelle c'est un jeu potentiellement dangereux. Ce jour là, j'ai décidé de lancer la balle sans prévenir comme à notre habitude et au lieu de crier "réflexes" j'ai crié "deal " ( allez savoir pourquoi! ). J'ai juste eu le temps de voir le visage ahuri de Cortisol et ses yeux exorbités de peur, avant de comprendre que je m'étais trompée dans le mot de passe. La balle est passée à quelques centimètres de son visage (heureusement je vise très mal) et est allée s'écraser contre le mur.

Il faut vraiment que j'arrête de stresser Cortisol !

Le jour où j'ai joué au baseball...

Voir les commentaires

Publié le par Pinkjuly

A l'époque je travaillais pour un grand groupe industriel. Ce jour là, je portais une jolie jupe plissée et des collants car nous étions en hiver et que je suis une grande frileuse. Des collants spéciaux, noirs, bien épais avec une culotte pré dessinée qui ressemblait à celle de ma grand mère. Ben quoi j'habite dans une région très froide et humide je ne voulais pas attraper un rhume . Le matin, je m'étais habillée à la hâte car j'étais en retard ( car quand j'étais jeune je me couchais assez tard et je me levais au dernier moment afin de grappiller quelques précieuses minutes de sommeil quitte à zapper le petit déjeuner et à dévaliser la machine à sucreries du bureau). Bref, j'avais enfilé rapidement mon super collant Damart et ma jolie jupe et direction le bureau. Sur le chemin du parking au bureau, je n'ai rencontré personne. En arrivant, j'ai dû traverser l'open space et là tous les regards étaient braqués sur moi, je me suis sentie très flattée, je devais avoir l'air particulièrement charmante ! J'avais l'impression d'être sur un podium de défilé, j'ai donc agité mes cheveux et souri à pleine bouche. La secrétaire du service est alors venue vers moi m'a prise à part et m'a dit "euh ta jupe est coincée dans ton collant on voit ta culotte !"

Voilà, voilà...

Le jour où j'ai défilé au bureau...

Voir les commentaires

Publié le par Pinkjuly

Nous avions décidé avec un groupe d'amis de faire une soirée à la patinoire pendant les vacances de pâques.
A cette époque j'étais jeune et jolie (et célibataire) et j'avais décidé de porter une mini jupe très moulante. Une tenue très confortable pour faire du patin à glace et qui me permettais de me mouvoir très facilement ! Pour ne rien vous cacher, j'étais très loin d'être à l'aise sur des patins. En plus je me suis vite rendu compte que je n'avais pas choisi la tenue la plus adéquate pour patiner. Qu'importe j'avais décidé de faire la maligne et je tentais d'évoluer le long de la piste. J'allais forcément rencontrer mon âme sœur, un beau patineur sportif, moulé de son collant et nous allions évoluer tous les deux dans une chorégraphie digne de dirty dancing . Malheureusement un patineur plutôt expérimenté (je ne sais même pas s'il ressemblait à Roch Voisine ou non, mon idole de l'époque !), probablement ébloui par le bout de tissu qui me tenait lieu de jupe, m'a percuté violemment. C'est comme ça que je me suis retrouvée une semaine à l’hôpital, privée de lapin de pâques et de mes rêves de de beau patineur.
Qu'on se le dise le port de la mini jupe, de surcroit si elle est moulante et serrée, n'est pas adapté à la pratique du patin à glace ! Et faire la maligne sur la glace requiert un minimum d'adresse !

Le jour où j'ai fait du patin à glace...

Voir les commentaires

Publié le par Pinkjuly
Le jour où j'ai conduit seule la première fois...

Quand j'étais (à peine) plus jeune et que je venais d'obtenir mon permis de conduire haut la main (au bout de la cinquième fois !), ma sœur et moi étions partis en expédition au supermarché local. Supermarché dénommé " mammouth "pour ceux qui se souviennent. Le slogan de la pub c'était "mammouth écrase les prix" ! Bref revenons à nos moutons, plutôt à nos chevaux (dont la voiture était peu dotée). C’était la première fois que j'étais autorisée à me servir seule et non accompagnée d'un adulte de la 205 junior de la famille. Vous savez la fameuse 205 que l'on devait démarrer en tirant le starter ! Ma sœur, victime malgré elle de tous mes exploits, m’accompagnait. Le problème c'était que j’étais tétanisée et que mon cerveau refusait de coordonner le changement de vitesse et le maintien de la trajectoire de la voiture. Résultat je ne pouvais pas tourner donc nous avons continué toujours tout droit ratant l'accès au supermarché. Je revois encore le regard ahuri et la bouche ouverte de ma sœur se demandant si son dernier jour n'était pas arrivé. Finalement, grâce à un rond point j'ai pu revenir sur mes pas, continuant à rouler tout droit jusqu’à la maison. Notre expédition avait donc consisté à rouler tout droit sur une dizaine de kilomètres sans jamais atteindre notre destination !

Voir les commentaires

Publié le par Pinkjuly

C'est bientôt Halloween et chaque année c'est pareil. Je prépare tout pour que mon chéri et moi passions une soirée pleine de frissons, du pop corn et un bon film d’horreur à regarder. Sauf que chaque année c'est la même chose, au bout de 10 minutes de visionnage du film, j'ai tellement peur que je supplie mon cher et tendre d’arrêter le film.

Oui parce que après j'ai tellement peur que je ne veux plus me lever seule la nuit, ni démarrer la voiture dans la nuit noire le matin, ni aller dans le garage, ni dans la cave, bref c'est quand même légèrement handicapant.

Donc nous avons vu le début de pas mal de films d'horreur mais jamais le milieu ni la fin !!

Cette année je suis de nouveau très optimiste et je vais tout préparer afin que nous puissions visionner " vendredi 13 " jusqu'au bout ! Inutile de dire que mon chéri, lui est beaucoup moins optimiste que moi. Au moins on pourra manger des pop corn !

Le jour où j'ai failli regarder un film d'horreur...

Voir les commentaires

Publié le par Pinkjuly
Le jour où j'ai servi de GPS...

Ce jour là, Cortisol et moi avions un rendez vous de travail dans une grande ville avec de nouveaux partenaires. J’étais censée avoir mémorisé l'adresse du rendez vous, je dis bien censée car pendant toute le trajet, mille autres choses m'ont traversées l'esprit.

Nous étions partis en retard, ce qui avait déjà mis Cortisol dans un état de stress avancé. Arrivés dans la ville en question, nous avons eu beaucoup de difficultés à localiser l'adresse de la rue. Nous avons décidé de nous garer dans une rue légèrement en pente et de demander notre chemin au réceptionniste d'un hôtel attenant. Comme notre retard s'accentuait, Cortisol commençait à être vraiment énervé, du coup il a oublié de serrer le frein à main. La voiture a commencer à descendre se rapprochant dangereusement d'autres voitures garées en contre bas. J'ai alors eu une réaction très appropriée j'ai crié en levant les bras au lieu de serrer le frein à mains ! Cortisol a quand même réussi à maitriser le véhicule et est descendu demander notre chemin au réceptionniste de l’hôtel. Au bout de 5 minutes, j'ai entendu crier " vous êtes vraiment un incompétent vous ne connaissez même pas les rues de votre ville !!!". Cortisol était tout rouge et très en colère contre le pauvre réceptionniste qui se tenait tout penaud derrière sa borne d’accueil.

Et puis là j'ai eu un éclair de lucidité et je me suis souvenue que l'adresse n'était pas celle que j'avais annoncé. Oups j'avais inventé une adresse, qu'est ce que je suis créative !

Voir les commentaires

Publié le par Pinkjuly
Le jour où j'ai pensé être coiffée...

Depuis un an déjà, je rencontre des petits problèmes capillaires, conséquence d'un ratage permanenté. En effet, je m'étais mis en tête d'obtenir les mêmes boucles que kate Middelton ! Sauf qu'en sortant de chez le coiffeur, on aurait dit que j'avais fait un bond dans les années 80 et j'arborais une choucroute digne des actrices de dynastie (pour ceux qui se souviennent!). Je vous passe les remarques du style," ho on dirait un mouton" et autres compliments...

Donc régulièrement, je vais chez mon coiffeur faire lisser mes cheveux. Samedi en sortant de chez lui, je rentre à la maison toute fière de moi. Et là mon fils me dit : " mais pourquoi t'es coiffée comme Dora l'exploratrice ?"

Arghhhhhhhh !!!!!!!

Voir les commentaires

Publié le par Pinkjuly

Ce jour là, nous devions participer à un mariage. J'avais passé un temps infini à choisir ma tenue pour ce grand jour, hé oui je l'avoue je voulais être éblouissante. J'avais trouvé la robe parfaite, une petite merveille en mousseline rose, très légère et joliment décolletée. Je l'ai donc confiée au pressing local.Pressing de campagne donc. Grave erreur, mais ça je ne le savais pas encore et je le decouvrirai bien plus tard, trop tard !

Nous voilà partis pour le fameux mariage et devions nous changer dans la chambre d'hôtel que nous avions réservée pour l'occasion. J'étais très confiante, trop et j'avais laissé ma jolie robe sous le cellophane du pressing sans prendre la peine de la réessayer. Ce n'est qu'au moment de l'enfiler que j'ai commencé à avoir des sueurs froides. Le col était trop amidonné, du coup le joli décolleté avait disparu. On aurait dit une robe de nonne ! Par contre le bas était devenu trop court et j'avais du mal à fermer la ceinture devant. Résultat on aurait dit que j'avais volé la robe de ma petite soeur qui aurait hésité entre une carrière de bonne soeur pour le haut et une autre de fille de petite vertu pour le bas. Comme nous étions loin de la maison, je n'ai pas eu le choix que de me rendre au mariage en portant ce bout de tissu. J'ai donc passé le reste de la soirée à noyer ma dignité dans l'alcool !

Habiter la campagne comporte des risques que j'ai tendance à sous estimer parfois !

Le jour où j'ai eu un petit problème de robe...

Voir les commentaires

Publié le par Pinkjuly
Le jour où j'ai passé un entretien percutant...

Il y a quelques années déjà, j'avais passé un entretien pour pouvoir répondre à un appel d'offres et être sélectionnée en qualité de consultante. Tout s'est déroulé à merveille, j'avais convaincu mon auditoire et je je repartais confiante. Très confiante.Trop confiante.Tellement confiante que lorsque j'ai voulu quitter la salle, je me suis dirigée droit dans la baie vitrée, sous l’œil médusé du jury. En effet les vitres étaient très propres.Trop propres ! J'ai gardé la trace de l'impact sur mon nez rougi toute la journée ! Sans parler de mon égo légèrement écorné !

Voilà, voilà, je m'étais particulièrement illustrée en qualité de candidate percutante, très percutante !

Voir les commentaires

Publié le par Pinkjuly

Ce jour là, la journée avait pourtant pas trop mal commencé. Je n'avais pas transformé la machine à café en geyser bouillant et grondonnant (oui la machine grondonne). Cette machine ne m'apprécie pas mais alors pas du tout. Chaque fois que j'insère une dosette, elle se positionne mal et alors cette foutue machine se transforme en volcan éructant des giclées de laves maronnasses. Bref, ce jour là j'avais eu droit à un bon petit café sans rencontrer le moindre problème.J'aurais du me méfier, ça n'augurait rien de bon.

Je devais contacter le représentant de l’État pour notre région, afin de valider sa participation à un événement que j'organisais.Il faut savoir que c'est déjà exceptionnel en soi que j'ai pu lui parler en personne.

J'avais pu contourner le barrage du secrétariat en inventant je ne sais quel prétexte ( bon je ne peux pas vous le dire, il était fallacieux).

Quand je l'ai eu au bout de fil, il était charmant et très accessible, tout se déroulait au mieux. Ce n'est qu'au moment de raccrocher que les choses se sont corsées. En gros voilà la teneur de mes derniers propos :

"Je vous remercie Monsieur le préfet de m'avoir accordé cet entretien, et gros bisous !".

Voilà, voilà, bref j'ai parlé au préfet .....

Le jour où j'ai tapé la bise au représentant de l'Etat...

Voir les commentaires

1 2 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog